Interview : Ateliers Henry Dougier

Publié le : 10 octobre 2017
Catégories : Interview

Ce mois-ci, vous avez pu découvrir dans votre box le livre Les Bretons de Pierre-Henri Allain édité aux ateliers henry dougier. Cet ouvrage fait partie d’une longue collection intitulée « Les lignes de vie d’un peuple » qui raconte avec passion les pays, régions ou territoires à travers ses habitants.
Loin des clichés et préjugés, la collection nous offre l’opportunité de mieux connaître aujourd’hui la mémoire d’un peuple.

         Rencontre avec le fondateur de la maison d’édition : Henry Dougier.

                                          

Quel est l’objectif derrière cette volonté de « raconter les peuples » ? D’où vous est venue cette idée ?

On parle très souvent des pays par le prisme des villes, concentrés d’humanité et de créativité, au travers d’événements marquants parfois traumatiques mais en oubliant toujours les gens ordinaires, les peuples, leur quotidien.
Entendre leur voix en direct, raconter leurs passions collectives, leur mémoire, leur imaginaire : tel est l’objectif de cette collection où l’auteur, sur place, devient le metteur en scène et « l’enregistreur » de ces paroles multiples.

Avec la rentrée littéraire, quelles sont les actualités des ateliers henry dougier ?

La rentrée est riche avec 8 nouveaux titres !
Dans la collection Lignes de vie d’un peuple, 4 titres continuent à nous faire voyager : Gens du Nord de Geoffroy Deffrennes, Kazakhstan de Lise Barcellini, Les Calédoniens de Catherine C. Laurent et Les Sud Coréens de Frédéric Ojardias.

Avec Métamorphoses de L’Inde depuis 1947 d’Emmanuel Derville et Métamorphoses de la Russie depuis 1953 de Marc Crépin, on rentre ici dans les dessous de l’histoire de ces deux pays avec les témoignages de véritables acteurs des 10 grands bouleversements (historiques, économiques, sociétales) de ces deux contrées depuis un demi-siècle.

Enfin, en littérature, deux ouvrages inattendus :

- D’une part Le destin d’Anna Pavlovna d’Alekseï Pisemski, auteur russe du XIXe siècle redécouvert par notre maison, nous plonge dans l’intimité de la petite noblesse provinciale russe avec un récit follement mélodramatique voire théâtral ;

- d’autre part L’homme qui courait après son nez de Gérald Cahen des nouvelles inattendues sur lesquelles souf e un vent frais de folie et d’humour !

Avez-vous un titre préféré parmi la trentaine d’ouvrages qui composent la collection « Les lignes de vie d’un peuple » ?

Ils sont tous excellents évidemment ! Ils ont chacun leur style, leur univers, leurs spécificités, tout comme les peuples qu’ils dessinent !
J’avoue avoir un petit faible pour Les Islandais. L’auteur, Gérard Lemarquis, connaît intimement, partage avec eux depuis longtemps leurs valeurs et leurs émotions qu’il évoque ici dans des rencontres complices pleine d’empathie. 

                             


Ajouter un commentaire