Portrait d'expat: Catherine Baron

Publié le : 27 mars 2017
Catégories : Portrait

Catherine baron a fondé en 2014 à hong-Kong une école d’étiquette : savoir-vivre, Academy of etiquette and modern manners in hong Kong. cette expatriée qui vit maintenant à singapour a su donner un tour contemporain aux valeurs ancestrales de notre culture. 

Dans le contexte cosmopolite et particulièrement étourdissant de hong kong, se réconcilier avec les fondamentaux de la politesse et du respect mutuel fait un bien fou.

 

Le savoir-vivre « à la française »

En 2010, Catherine Baron lance le Savoir-vivre, la première société à proposer des ateliers dédiés à l’étiquette et aux bonnes manières. Mais qu’on ne s’y trompe pas, la Française n’a rien d’une nouvelle Nadine de Rotschild!

Si cette ancienne directrice juridique a à cœur de valoriser la culture et le patrimoine français auprès de nos amis chinois, c’est avant tout dans un esprit de partage : elle n’est pas là pour régenter son monde ni pour outrepasser les différences culturelles. Car la matière vive du travail de Catherine, c’est avant tout l’interculturalité, une discipline enseignée aujourd’hui dans les universités.

Savoir-vivre et interculturalité

« Interculturalité et bonnes manières sont intimement liées », explique Catherine Baron, « car l’interculturalité, c’est apprendre à connaitre les gestes de la culture de l’autre et à les respecter. » Plutôt que de « bonnes manières », qui ont quelque chose d’un peu vieillot et de compassé, la fondatrice du Savoir-vivre préfère d’ailleurs parler de « bons comportements », car selon elle le comportement est un des outils de communication qui en société comme en entreprise permettent « une meilleure compréhension de l’autre et une meilleure interactivité ».    


Ajouter un commentaire